Le temps qui passe

Depuis Jérusalem, il y a eu à nouveau le Guatemala et des rencontres formidables, toute la bande du nord de l’Europe, les soirées mémorables, la peinture de toute l’école avec Nina, elle en jaune et moi en bleu.

Et puis, la Chine d’abord avec Elise et ensuite seul. La découverte de la Grande Muraille, la Cité Interdite, la place Tien An Men, Xian l’ancienne, Shanghai la moderne. La traversée en train et Shengdu, la maison de thé, les après-midi avec Monsieur Wong à parler du temps d’avant en Chine, de l’Europe, de la folie du monde de maintenant, tasses après tasses de thé. Et le départ pour le Tibet

Lhassa, que j’avais rêvé si longtemps. Notre périple avec Atisha dans les montagnes, les nuits grelottantes dans les monastères, la soupe de pâtes et notre repaire autour du poêle dans ce petit village entre deux vallées. Le joli sourire de Tenlichoton lorsqu’elle nous voyait redescendre de la montagne. L’horreur du thé au beurre de yak, du boudin encore chaud, des enterrements célestes. La beauté des montagnes, l’immensité des vallées, les enfants qui partent à l’école le dimanche après-midis, qui s’arrêtent pour être pris en photos, ils me regardent avec pas encore l’habitude de l’étranger. La chine avance tellement vite au Tibet, que demain ils ne s’étonneront plus des visages différents. Notre retour à Lhassa, l’intérieur de la voiture de police, les vitres teintées, mon passeport qu’ils ne me rendent pas et Atisha qui repart avant notre arrivée. Les cours de Lhassa avec Sonamlhamu, ces journées à arpenter les vieilles ruelles, nos papotages dans un mauvais anglais et tous ces gens qui nous rencontrons pour une heure, une demi-journée. Là où l’on apprend à parler sans les mots, étranges conversations d’une part en Tibétain et d’autre en Français, des éclats de rires, une photo, un portrait que je rapporte du toit du monde.

Et puis la vie parisienne et quelques jours en Ouzbékistan pour accompagner un groupe, une cheville qui s’abime salement, mais de vrais et belles rencontres aussi et très bientôt un autre groupe pour l’Afrique du Sud.

Voilà, j’aurais surement beaucoup plus à dire sur le dernier voyage au Guatemala qui fût l’occasion de si beaux moments et sur le Tibet. La beauté des gens, la beauté du pays, la souffrance d’une culture qui peut se perdre rapidement dans celle d’un autre pays conquérant, la force de l’Himalaya, nos séances photos à presque 6000 mètres avec Atisha , les rencontres avec les nomades, l’esprit du Bouddha et le fromage de Yak !

Mais je ne trouve plus les mots depuis un moment, alors je vous ai laissé quelques photos que vous pouvez voir ici ou ailleurs, —> Autres photos

Hasta siempre

  • Digg
  • Del.icio.us
  • StumbleUpon
  • Reddit
  • Twitter
  • RSS

Leave a Reply